CULTURE BIOLOGIQUE

Une année à la vigne avec Julien

La culture de la vigne, c’est toute l’année !

Parce que la vigne est une plante pérenne avec une durée de vie très longue, toute opération sur le cep de vigne a son importance et des conséquences sur la production des années suivantes.
Julien, responsable du vignoble, définit et organise tout au long de l’année les travaux à la vigne.

La taille

« La taille est pour moi une opération fondamentale à la vigne. Au Château de L’Hospital, elle est réalisée en interne, uniquement par nos salariés permanents, que nous avons formés et accompagnés afin d’assurer une longue et saine vie au cep. Chaque pied est un cas unique où tout doit être pris en compte: les flux de sève, la morphologie du pied, sa vigueur et l’objectif de rendement que je lui donne chaque année ».

La taille est réalisée en hiver, pendant le repos végétatif de la vigne.

Ici la vesce (légumineuses) qui capte l’azote atmosphérique et donc enrichit le sol en azote.
Ici le seigle (céréales) permet une bonne structuration du sol.

Le travail du sol et les semis

Le travail du sol permet de répondre à deux grands objectifs: améliorer la structure du sol par l’aération et puisque les herbicides sont interdits en agriculture biologique, maîtriser les adventices, mauvaises herbes concurrentes des pieds de vigne, par le désherbage mécanique.

« Dans le but de réduire les adventices, nous pratiquons l’enherbement dans les vignes ce qui consiste à maintenir et entretenir un couvert végétal. Cette pratique a de nombreux intérêts comme protéger et nourrir la vigne pour pallier certains manques en matière organique et en éléments nutritifs. »

Il permet également d’assurer une bonne portance des sols pour les passages des tracteurs. Le travail du sol limite les phénomènes d’érosion notamment sur les parcelles en pente, enrichit naturellement le sol des parcelles les plus pauvres avec la formation d’humus, et favorise la vie biologique des sols (vers de terre, etc…).

« Je choisis les semis (légumineuses, céréales) en fonction des besoins de la vigne qui peuvent être différents d’une parcelle à une autre».

La réalisation de ces semis se déroule au mois d’Octobre, une fois le raisin vendangé.

« Je constate aussi que le travail du sol réduit le stress hydrique de la vigne en été, car il réduit voire supprime les racines superficielles du cep de vigne, ce qui le force à puiser plus profondément son alimentation et ses besoins en eau ». cf schéma

«L’intérêt du travail du sol pour le développement racinaire de la vigne »

Maladies et traitements

Les maladies et prédateurs sont nombreux et les traitements préventifs sont indispensables dans la culture de la vigne, dès le début du printemps et jusqu’au mois d’Août.
En agriculture biologique, toute utilisation de produits chimiques de synthèse est interdite. Seuls sont autorisés les produits naturels et en quantité réduite.
En prévention des principales maladies comme le mildiou et l’oïdium, nous utilisons deux éléments chimiques naturels : le cuivre, naturellement présent dans notre corps et le sol, et le soufre selon les quantités maximum autorisées dans le cahier des charges.

« Chaque traitement que je décide d’effectuer est réfléchi. Je prends en compte les prévisions de pluie, les données des stations météo installées dans les vignes du Château, le vent, l’état sanitaire des vignes, les probabilités de maladies, l’état des sols. Mon objectif est toujours d’éviter un traitement ou de réduire au minimum les doses de produits appliquées. Le cuivre et le soufre sont des traitement préventifs contre le mildiou et l’oïdium. Je ne dois pas me tromper car en agriculture biologique, il n’existe aucune solution pour éradiquer ces 2 maladies une fois la vigne contaminée